Être second dans un combat, un avantage?

Examinons une carte comme «Deep Song». D’entrée de jeu, permettre à tous ses minions qui ont Animalism de bleeder pour 2, c’est très bien. Mais d’autres cartes d’action moins restrictives (parce qu’elles ne demandent aucune discipline) telles que «Computer Hacking»,  «Bloodwork», ou encore des permanents tels que «Tasha Morgan», «J. S. Simmons Esq.», «Camera phone», «Laptop Computer» offrent le même effet. Alors, c’est l’effet de la carte à Supérieur qui nous intéresse le plus.


– Mais pourquoi donc voudrais-je mettre Deep Song dans mon deck? Est-ce si important de ne pas être considéré comme le acting minion lors d’un combat? Est-ce un réel avantage? Parce que des cartes pour entrer en combat avec un minion, il en existe une panoplie. Je pense à «Bum’s Rush» qu’on voit souvent, «Ambush», «Big Game» ou encore «Rumble» ou «Harass». Je conçois que la carte à une double utilité, mais je ne vois pas l’intérêt de ne pas être considéré le acting minion durant un combat…

Eh bien voilà. Lorsqu’on joue des decks qui sont principalement des decks de combat, on se rend vite compte qu’il faut arriver à gérer nos ressources (cartes, blood et pool) efficacement. Prenons comme exemple les situations suivantes:

Cas 1

C’est le tour de Wallace et il décide de faire un bleed (à 0 Stealth) avec Domenic Giovanni. L’Action de bleed (à 0 Stealth) est facilement bloquée par Bethany Ray. Dans ce combat, Domenic Giovanni est l’acting minion et Bethany Ray, l’opposing minion.

 

L’effort et les ressources dépensés lors de ce combat sont incomparables pour chaque combattant: Domenic Giovanni a dépensé trois cartes maîtresses de sa stratégie de combat (qu’il devait avoir simultanément dans ses mains!) plus un blood. Au final, Bethany Ray n’aura souffert que de la perte d’un blood et elle a untappé, qui plus est! Clairement, Wallace n’a pas gagné ce combat et Pénélope est morte de rire!


– Ok, je commence à comprendre. Wallace a été obligé de «prendre la chance» que Pénélope n’ait pas de «Majesty» dans sa main.


– C’est certain que j’aurais pu me retenir de jouer mon «Pushing the Limits» et Striker tout de même de 3 (à cause du «Torn Signpost»), mais je n’aurais pas risqué de l’envoyer directement en torpeur, vide.


– C’est juste! En effet, Bethany Ray avait quand même 4 blood sur elle! Une Strike de 3 contre elle n’aurait pas eu un effet aussi dévastateur qu’une Strike de 6!

 

Cas 2

C’est le tour de Pénélope et décide de faire un bleed (à 0 Stealth) avec Bethany Ray. L’action de bleed (à 0 Stealth) est facilement bloquée par Domenic Giovanni. Dans ce combat, Bethany Ray est l’acting minion et Domenic Giovanni, l’opposing minion.

Ici, on voit le même résultat pour Pénélope que dans le cas 1, c’est à dire que Bethany Ray a payé un blood et a terminé le combat untappée. Par contre, Wallace a gardé son «Pushing the Limits» pour une prochaine fois où sa Strike ferait une réelle différence dans l’issu du combat.


– Je n’ai pas pris de chance. J’aurais pu survivre à une Strike de 3, mais j’avais peur d’une Strike plus forte de sa part… Si j’avais su sa Strike avant, j’aurais pu décider de jouer ou de garder mon «Majesty». Je l’aurais probablement joué, vu que Bethany Ray untapperait et qu’elle éviterait de perdre inutilement 2 blood. C’est une décision difficile, car, je n’ai pas une infinité de cartes utiles contre un gros deck de combat avec de la Potence, et donc, moi aussi je souhaite garder mes cartes dans la mesure du possible…


– À chacun ses défis. Je crois que je souffre moins de perdre des cartes que Pénélope, parce qu’à la fois «Torn Signpost» et «Pushing the Limits» font Striker Domenic Giovanni pour 3… Il est vrai que je peux les combiner pour Striker pour 6, mais je peux faire deux fois plus de Strike si je les utilise séparément. Pénélope, a besoin de toutes ses «Majesty», car elle doit en jouer une chaque fois que je m’attaques à elle.


– Ouf, c’est pas simple! Mais je vois que le fait d’être l’acting minion ou pas joue un rôle sur les décisions prises lors du combat.

Et ça serait la même chose avec les Manoeuvres et les Press. Le fait de choisir en second donne l’avantage de jouer ou pas la carte en connaissance de cause. Celui qui doit jouer en premier prend le risque de jouer ses cartes alors qu’il aurait pu éviter de le faire. J’espère, Charlotte, que tu as mieux compris à quel point «Deep Song» est dans ce sens une carte très intéressante!

La difficulté d’être une recrue, Le layout

Depuis 2007,  j’ai côtoyé plusieurs recrues. Certaines ont persévéré, d’autres pas. Mais pourquoi? Quelles ont été les raisons pour lesquelles ce jeu était «trop»?

Évidemment, c’est une question complexe qui amène son lot d’incertitude… Je n’ai sondé personne à ce sujet, mais je crois qu’il est plus qu’évident que plusieurs facteurs doivent entrer en ligne de compte. L’expérience d’un joueur envers un jeu doit nécessairement être influencée, d’abord par l’initiateur, par la multitude des choix offerts, par la complexité des règles, par l’allure même du jeu, et que sais-je encore… Dans cette série d’articles, nous examinerons à quel point c’est dur dur d’être une recrue à Vampire: the Eternal Struggle.

Le look

Vampire: the Eternal Struggle a été designé par Richard Garfield un an après Magic: the Gathering, son plus grand succès commercial (et probablement le plus grand succès commercial du jeu de société / de cartes au monde, et de tous les temps, et jusqu’à la fin de l’humanité…). Or, en 1994, les jeux de cartes étaient à leurs débuts et les goûts en matière de design graphique à l’époque étaient pour le moins discutables. Alors appelé «Jyhad» à sa toute première édition, Vtes avait un look, avouons-le sans trop de difficulté, franchement dégueu. Les Minion cards étaient d’un brun rougeâtre pas trop clair et les Master cards arboraient fièrement un contour gris des plus ennuyeux. Pas trop de quoi être émoustillé.

Note: Je souhaite signaler que je parle bien du layout et non des oeuvres qui illustrent les cartes, car celles-ci sont pour plusieurs franchement agréables et atmosphériques. Pas nécessairement Conquer the Beast [ci-contre] (qui elle est pas très ragoûtante, mais Malkavian Dementia [aussi ci-dessus], je la trouve awesome)

Comme dans le wild (sur le marché de l’usagé, disons), les sources de cartes sont limitées, voire très limitées, il n’est pas rare de voir autour d’une table un deck comportant des cartes de différentes éditions et donc, arborant un différent layout. Si je compte bien, il y a eu en tout cinq layout majeurs.

En revanche, avec le temps, les éditeurs se sont améliorés en proposant une série de modifications (parfois subtiles) de leur layout de cartes. La toute dernière version est quant à moi la plus claire: tous les types de cartes sont identifiés par une couleur spécifique et plutôt distinctive comparativement à d’autres jeux du même genre où l’on doit lire sur la carte pour l’identifier correctement (Magic, Star Wars Destiny, KeyForge, Android: Netrunner, etc.). Pour un néophyte, connaître la relation que peuvent avoir dix types de cartes entre elles est tout un défi.

Je préfère ce look parce qu’il permet une lecture plus rapide de sa main. On peut alors discriminer les cartes selon le contexte de jeu. Par exemple, les nouveaux trouveront aisé de savoir que les cartes rouges (autres que les Events, beaucoup plus rares) sont des cartes de combat et ce sont très généralement les seules cartes jouables à ce moment dans la partie. Une fois que la reconnaissance des types de cartes est intégrée, ça enlève beaucoup de stress aux nouveaux. Il reste que, c’est un défi de taille pour plusieurs joueuses et joueurs.

Suggestion

Lorsqu’on présente un nouveau deck à une recrue, je propose de monter un deck avec un nombre limité de cartes différentes, du moins de types différents. J’éviterais probablement de leur bâtir un deck avec des Retainer, des Event, des Equipement des Ally, ainsi que des Political actions. Cela aurait pour effet de faciliter la tâche de mémorisation des différentes cartes et aiderait à la discrimination des types de cartes dans la main (du genre, ne pas tenir compte des cartes rouges quand on ne participe pas dans un combat).

Malkavian Bleed-Stealth, un point de départ

J’ai commencé à jouer à Vtes avec un deck bleed-stealth minimalement optimisé. Comme je débutais, Darius a pris soin de me faire commencer avec ce deck puisqu’il offrait une variété plutôt restreinte de cartes différentes et donc, peu de disciplines à apprendre. Comme le stealth était ma seule préoccupation pour faire passer mes bleeds, je n’avais pas trop à m’en faire avec l’Auspex… en général.

Crypt (12 cartes; Capacité min=2 max=9 moy=5.777778)
==================
1x Lazarus James 8 obf tha AUS DEM PRE Malkavian:4
1x Apache Jones 5 aus for obf DEM Malkavian antitribu:4
1x Midget 3 obf pre DEM Malkavian antitribu:3
2x Persephone Tar-Anis 8 cel pot AUS DEM OBF Malkavian antitribu:4
2x Rodolfo 8 pro AUS DEM OBF Malkavian antitribu:3
1x Beauregard Krueller 4 aus dem obf Malkavian antitribu:4
1x Uncle George 5 aus dom obf DEM Malkavian antitribu:3
2x William Biltmore 9 dom AUS DEM OBF THA Malkavian:3
1x Bloodfeud 2 obf Malkavian antitribu:4

Library: 70 cartes

Master (11 cartes)
==================
1x Anarch Troublemaker
1x Giant’s Blood
1x Golconda: Inner Peace
2x Minion Tap
1x Pentex(TM) Subversion
1x Perfectionist
1x Barrens, The
2x Villein
1x Wash

Action (16 cartes)
==================
15x Kindred Spirits
1x Spirit Marionette

Action Modifier (25 cartes)
==================
6x Eyes of Chaos
3x Faceless Night
3x Lost in Crowds
3x Mind Tricks
3x Spying Mission
2x Cloak the Gathering
3x Confusion
2x Crocodile’s Tongue

Action Modifier/Combat (4 cartes)
==================
2x Swallowed by the Night
2x Deny

Combat (10 cartes)
==================
2x Glancing Blow
7x Read Intentions
1x Coma

Ally (2 cartes)

==================
1x Escaped Mental Patient
1x Muddled Vampire Hunter

Retainer (1 cartes)
==================
1x Childling Muse

Equipment (1 cartes)
==================
1x Heart of Nizchetus

Bienvenue dans mon carnet!

Ce site web est un véritable carnet de notes où seront colligés divers conseils, réflexions et autres tentatives pédagogiques (probablement maladroites, mais authentiques) afin de démystifier l’excellent jeu qu’est Vampire: the Eternal Struggle (Vtes).

Or voilà. Depuis 1994, Vtes est joué partout dans le monde et des tournois internationaux sont organisés. Malgré le fait que Vtes ne soit plus commercialisé à grande échelle depuis 2010, certains irréductibles s’entêtent toujours à y jouer et cherchent par tous les moyens de recruter. Heureusement pour les fans, Black Chantry a depuis repris les droits de production du jeu et s’est mis à le distribuer de nouveau. Aujourd’hui, les nouvelles cartes restent encore modestement diffusées et peu disponibles. Évidemment, l’accès restreint aux cartes décuple tristement le défi d’attirer de nouveaux joueurs. De plus, Vtes offre une telle profondeur de jeu et de diversité que cela le rend compliqué pour une majorité de débutants. De ce fait, l’audience est chaque année de plus en plus restreinte: c’est problématique et fâcheux…

Faisant partie des quelques irréductibles cités plus haut, j’éprouve de nombreux défis quant à l’enseignement de ce jeu à d’autres. J’ai longtemps observé d’autres le faire parfois avec beaucoup de succès et d’autres fois moins… Ceci étant dit, c’est dans l’optique de transmettre la passion de Vtes que le présent site a vu le jour.

Sans avoir la prétention de maîtriser parfaitement le jeu, ses stratégies et ses subtilités, je rassemblerai ici une panoplie de notes à moi-même, d’idées de decks pour débutants, de réflexions pédagogiques et autres mémorandums que je compilerai au fil du temps et des expériences.

Encore bienvenue, et bon bleed!