Arthur dans le noir

«Euh, Hello ?»

Il se racla la gorge et recommença, plus fort, et sans le «euh». À quelque distance, au fond du couloir, il lui sembla que quelqu’un s’était mis à taper sur une grosse caisse.

Il prêta l’oreille durant quelques secondes et s’aperçut finalement que c’était simplement les battements de son coeur.

Il prêta l’oreille durant quelques secondes de plus et s’aperçut finalement que ce n’était pas son coeur, mais quelqu’un au fond du couloir qui tapait sur une grosse caisse.

(ADAMS Douglas, La vie, l’univers et le reste, p. 117, Denoël Présence du Futur/369)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *