Pas facile la vie de campeur!


Vous est-il arrivé de vous demander à quoi aurait l’air un homme en train de mâcher difficilement son hotdog? À en faire des nuits blanches? Eh bien j’ai le remède! Voici T-Bone qui, visiblement, a oublié de sourir cette journée là et qui essaie de manger un frugal hotdog, tout chaud sorti du barbèque au propane Coleman qu’il s’était lui même offert d’amener avec lui à l’occasion de ce camping qui fut, sans peser mes mots, mémorable. Observez la forme de sa bouche… elle semble vouloir dire: > Hmmmmmmmmm… Mon roteux aurait pu être mieux cuit. En fait, si je l’avais acheté dans un petit casse-croute je l’aurais sûrement craché… Il faut dire que les restos n’échappent pas leurs saucisses dans l’herbe deux fois avant de réussir à les mettre dans leurs petits pains… Mais puisque nous sommes en camping, je vais laisser ses épices scouts aggrémenter mon délicieux roteux. Vous trouvez-pas que la forme de sa bouche semble dire ça? Bon… BEN MOI JE TROUVE QUE SI BON!

T-Bone n’était pas le seul à avoir des problèmes… J’en avais aussi! Tornade, qui n’avait pas apprécié que j’essaie de la prendre en photo à son insu pendant qu’elle s’empifrait avec un roti de huit livres qu’elle venait de faire cuire, me courru après comme une poule pas de tête à qui on aurait remis un énorme poelon de fonte. Heureusement pour moi, je cours plus vite qu’elle! Heureusement que je sais aussi éviter les projectiles! Heureusement… Bon… Sur la photo elle sourit… Heuuu… Ben c’est qu’elle avait le soleil dans le visage… C’est tout!

Ensuite, j’ai fait la rencontre d‘Asperge dit l’usine de fumier ambulant. Quand la photo a été prise, il venait tout juste de faire le plein… ET LE VIDE! Je ne pourrai pas décrire la scène avec justesse: c’était trop horrible… C’était comme si tous les pets de la galaxie s’étaient rassemblés pour n’avoir d’effet que sur le petit mètre carré où je me tennais. IMMONDE PUANTEUR! Dire de lui qui pourrit par en dedans ça serait un compliment tellement sa perfide senteur est intense! L’herbe, les fleurs et quelques petits arbustres n’ont pas survécus à l’attentat bio-chimique. Deux animateurs sont tombés dans les pommes dû au très haut taux de méthane dans l’air… Quatres autres ont vomit. À 17h45, dix-huit policiers sont descendu au terrain de camping pour arrêter les manifestants qui, manifestement, avaient des gas lacrimogènes… Deux des policiers ont tourné de l’oeil et un seul a vomit après avoir compris qu’il n’y avait pas de manifestant, mais que la pestilence venait d’Asperge.

Des animateurs qui restaient debout, il y avait Mammouth. Mammouth est un vrai campeur. La senteur d’Asperge ne l’a point dérangé… Ça l’a même motivé à la tâche. Dois-je vous rappeler qu’il travaille à Nicolas-Gatineau? (Avouez que ça explique bien des choses!!!) Quelle fin de semaine!

3 thoughts on “Pas facile la vie de campeur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *