Bio-Bac… Bac… Bac (echo)

Ah… Le Bio-Bac… J’ai rencontré pour la première fois ce minus hier après-midi. J’en suis tout de suite venu à ces réflexions: Vous savez ce qui accentue l’utilisation d’un service? L’accessibilité au service. Plus il y aura de pistes cyclables, plus il y aura de cyclistes l’empruntant. Plus il y aura de lignes d’autobus, plus il y aura d’utilisateurs des transports en commun. Il y a quelque chose de très logique et banal dans ma réflexion. Le Bio-Bac ne contient que 80 litres de matières par opposition au bac bleu de recyclage qui, lui, en contient 360 litres. Pour ma part, je reçois ce message:

n’utilisez que très timidement/pas le Bio-Bac

… Tout est une question d’accessibilité. Plus le service est accessible, plus il sera utilisé. Que voulez-vous que je fasse avec 80 litres? et mon gazon alors? et mes feuilles mortes? Plus un enfant a de bonbons, plus il en mangera. Alors, quoi penser du Bio-Bac? Certe, l’intention est là, mais à mon avis, c’est trop timide. C’est un peu comme si, avec votre trio deux cheeses vous buviez un Coke Diet. J’espère que la Ville de Gatineau ne nous cassera jamais les oreilles avec des sornettes du genre: Première ville au Québec qui adopte le Bio-Bac ou encore À l’avant-garde pour les générations futures. À Lachute, ça fait 10 ans qu’ils ont un Bio-Bac et il est, qui plus est, 4 fois plus volumineux que le nôtre. À ce niveau, on est en retard je dirais. « Jamais trop tard pour s’améliorer! » vous me direz? « C’est un manque de vision! » que je vous répondrai. J’ai l’impression que le bac est déjà désuet. Je dois ajouter à cela que le Bio-Bac n’a pas, à première vue, de poignée. Bizarre. Il semble que pour le moment, cette dernière fut enlevée, laissant une excroissance de polymère ressemblant plus à un défaut de manufacture qu’à une quelconque forme utilitaire. Ma soeur m’a expliqué que, puisque dans le contra des « Bio-éboueurs » (appelons-les ainsi) il n’était pas stipulé que lors de la collecte ils auraient à ouvrir le bac à l’aide d’une poignée. Allez savoir si c’est vrai… Terrible si ce l’est. Plus rien ne m’étonnera de leur part.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *