BLM – Merci Chapy!

Ma collègue de travail Chapy m’a fait découvrir un groupe originaire de la région de l’Outaouais qui fait du Jazz contemporain. BLM, autrefois The Fuzz, autrefois AKA-47. J’écoute et j’aime beaucoup ça! Ces gars-là sont maintenant à Montréal, n’ont pas commercialisé leur disque, mais j’imagine que ça doit être trouvable dans certaines boutiques. J’arrête pas de le mettre au travail et je les trouve très bons! Merci à Chapy pour m’avoir fait découvrir ce groupe! Faut croire qu’on fait pas juste de la scrap au Québec! Héhéhé j’adore! Voici leur blogue si cela vous intéresse! On peut y entendre quelques’unes de leurs chansons.

Les bibliothèques illégales

Je crois qu’aucune civilisation ne valorise pas le savoir. Les bibliothèques ont toujours été une marque de prestige et de richesse qu’il fallait concerver (ou piller) à tout prix…

Tout le monde est déjà allé à la bibliothèque ou, à tout de moins, en connaît le principe: vous pouvez louer des livres que vous vous engagez à ramener dans un état respectable dans les délais convenus. C’est simple comme principe! C’est aussi génial puisque celle-ci est totalement gratuite! Eh oui! Nous pouvons avoir accès au savoir gratuitement! Sans même acheter un simple livre, nous pouvons avoir accès à tous! Et pas seulement des extraits! Des oeuvres complètes! Des collections! Wow! Imaginez alors que vous en avez un accès permanent directement à votre demeure! (!!) Imaginez, vous vous levez un matin et « pop » :  » Tiens donc, je lirais un bon livre aujourd’hui! » Tout ce qu’il y a de plus facile! Vous n’avez qu’à vous rendre à votre salon, tendre le bras légèrement et attraper un livre. Ne serait-ce pas génial? Dans le fond, nous ne nous évitons que le déplacement (qui aurait été pour plusieurs, un moyen de dissuasion)! Maintenant, parlons musique. Pourquoi l?accès gratuit à la culture musicale serait plus destructeur pour les artistes, que les bibliothèques pour les auteurs? N?a-t-il toujours pas des gens qui achètent des livres ? Le salon du livre est-il un évènement en voie de disparaître? Il me semble bien que non? Pourtant, le système de bibliothèques existe depuis belle lurette! Oui je comprends que la musique est un plus grand marché, plus lucratif, plus pourri? PRÉCISÉMENT!

Je suis un peu (beaucoup) tanné que la seule source d?inspiration musicale soit la maudite radio qui nous dit quoi aimer! Si le téléchargement peut faire ouvrir les esprit à d?autres cultures, styles, sons, vibrations, chef-d??uvres, qu?on se ??déniaise??! Dans le fond, si les gens crient autant, c?est qu?ils voient la musique comme une marchandise et non pas comme une ?uvre culturelle : ils n?en voient que les pertes? quelle pertes ? N?a-t-il jamais eu autant d?artistes au Québec ? Si ce n?était pas rentable/vivable, il y aurait logiquement moins d?artistes ! Or, ce n?est pas le cas? Si Québécor juge qu’il est bien de générer 14 artistes par année (malgré notre petite population d’environ 7 millions de Québécois)… C’est qu’il doit y avoir quelque chose de profitable la dedans!

De nombreux artistes gagnent à être écoutés, connus, téléchargés, aimés, et ce, même si Archambault ne peut pas nous les commander! Écoutez de la musique, ça fait du bien bon sang!

Wendy Carlos – Switched-On Bach (1968)


Switched-On Bach est l’album qui a fait accepter au monde musical le « synthétiseur Moog » comme un instrument pouvant jouer des mélodies. Avant, le Moog était boudé, car on croyait que les synthés n’était bon qu’à faire des Beep et des Blop… Bravo à Wendy (Walter) Carlos qui nous à prouvé le contraire!

Enfin… après 5 ans…

Ça fait au moins 5 ans que je cherche cette chanson. c’est une chanson que j’ai téléchargé il y a de cela 5 ans… Je l’ai gravée sur un disque et j’ai supprimé le fichier ensuite. Or, cette chanson j’ai vraiment trippé dessus longtemps! Comme je l’aimais beaucoup, je voulais trouver d’autres chansons de la même chanteuse (ou groupe)… Mais élas, je n’avais plus le nom de la chanson et impossible de m’en rappeler… Problème. Je ne savais pas dutout comment retrouver l’artiste qui avait fait la chanson. Tout ce que je savais, c’est que cette chanson était chantée en japonais, et qu’elle était tirée d’un manga… Avec mes récentes recherches et mes nombreuses déductions, je suis venu à la conclusion que l’un de mes albums d’animation japonaise était déficient… le temps de plusieurs chansons étaient différents de ce que les sites web en disaient. J’ai finalement téléchargé la dîte chanson en question et c’était elle! La chanson en question figure sur la trame sonore de Macross Plus – Original soundtrack:
03 – After, in the dark_Torch song Une composition de Yoko Kanno, interprétée par Gabriela Robin ainsi que le Israel Philharmonic Orchestra.

La Villa Strangiato

Mon collègue Daniel Didier et moi parlons souvent de musique. À chaque fois, ou presque, que nous travaillons pour le Bingo du mercredi soir, il me tend un petit papier sur lequel est écrit le nom d’un groupe de prog que je ne connais pas. Ce qu’il me propose est toujours très intéressant! La semaine dernière, Daniel m’a parlé d’une émission de radio qui passe le jeudi à 19h30 à la radio de l’Université d’Ottawa (89.1 FM). Cette émission s’appelle La Villa Strangiato. C’est une émission de radio réservée exclusivement au rock progressif. Malheureusement, à cette heure je travaille. Je ne peux donc pas l’écouter. Heureusement, sur le site de l’émission il y a une playlist que nous pouvons consulter. Ces playlists sont archivées depuis un bon petit bout, ce qui nous permet de revenir sur les chansons qui ont joué à cette radio. De plus, à chaque émission, il y a un album mis en vedette. Ça donne beaucoup d’idée pour découvrir de nouveaux sons! J’achète.

Influences

Mon premier vrai trip était très peu conventionnel pour un enfant de mon âge… pour n’importe quel enfant au fait… Dans le temps, je me tenais beaucoup chez mes cousines Andréanne, Marie-Élaine et Aurélie (toutes filles de Gilles). c’est à ce moment là que j’ai commencé à m’intéresser à Chess, un opéra rock écrit par le célèbre Tim Rice (le même qui a composé la trame sonore de Roi Lion de Disney). J’écoutais toujours Chess dans mon baladeur à l’école. Je trippais. J’aime toujours ça d’ailleur. J’ai réussi à trouver la version CD à Ottawa au Centre Rideau. 50$. Mais c’est si bon!

Je me rappelle aussi, j’ai dû avoir 12 ans. Je suis allé chez mon oncle Paulo. Je lui avais alors demandé de me faire une cassette de mix avec plein de musique. Cette cassette, je l’ai écouté souvent. Je me rappelle de quelques chansons qui s’y trouvaient: Wind of Change de Scorpion, Stairway to Heaven de Led Zeppelin, Summer of 69 de Bryan Adams et plusieurs autres chansons dont je ne me rappelle plus. Je ne sais pas si j’ai toujours cette cassette… Je vais fouiller. Comme tout le monde de mon âge, j’ai trippé Beatles. Il n’y a rien d’exceptionnel la dedans. Je me rappelle que mon père m’avais permis d’installer un tourne-disque fonctionnel dans ma chambre. Je n’arrêtais pas d’écouter le disque rouge des Beatles. Je l’ai écouté et écouté cet album. J’imagine que c’est à quelque part où faut passer pour apprendre à écouter la musique!

Il y a aussi eu Maxime Pedenaud Jobin, lequel m’a initié à la musique de Deep Forest, groupe sur lequel j’ai trippé pendant plusieurs années (au grand désarois de Robin qui n’aime pas beaucoup le groupe, ou très peu…)


J’ai eu plusieurs autres influences par la suite. D’abord mon grand ami Robin, avec qui j’ai découvert la musique électronique du film PI avec Aphex Twin et Orbital entre autres, ainsi que plusieurs autres tels que Art of noise et Massive Attack.

Ensuite, Robin et moi avons eu notre passe rockprog. D’abord avec des hits plus récents comme Scenes from a memory de Dream Theater ou encore Liquid Tension Experiment volume 2. Liquid Tension Experiment, c’est Daniel Didier, un gars avec qui je travaille à la télévision communautaire TVC22, qui me l’a fait découvrir. 

Ensuite, j’ai exploré un période très intéressante qui est le rockprog des années 1970. J’adore cette période musicale qui est très colorée et originale. Je ne pourrais pas passer à côté de groupes britanniques classiques tels que Camel, King Crimson, Yes, Rush, Gentle Giant et certains groupes québécois tels que Sloche, Maneige et Le Match. Avec Robin

Vers le début de mon université, mes goûts se sont vraiment éclatés. Je me suis intéressé à toute sorte de styles différents sans pour autant délaisser le rockprog. Je pense à Mathieu Cheddid alias M et Estradasphere.

Il est évident que je ne peux pas TOUT énumérer, mais je troube que faire l’exercice de se rappeller du plus grand nombre de musiques qui nous ont profondément marqué, ça rappelle d’excellent souvenirs en plus de donner le goût de redécouvrir tous ces trésors! 🙂

Dream Theater – Octavarium : 3/10


De retour de Montréal, Robin et moi avons décidé d’écouter au complet l’album Octavarium de Dream Theater. notre première impression n’avait pas été concluente et nous voulions lui donner une deuxième chance de nous séduire… Personnellement, j’ai trouvé cet album TRÈS ennuyant. Dream Theater on vraiment raté leur coup avec ce disque… Où est Portnoy tous ce temps? On dirait qu’il est absent, il ne fait jamais rien de bon. The Answer Lies Within est plus que mauvais, d’un quétaine incroyable! OÙ EST PORTNOY? Il n’y a aucune substance dans cette chanson! I Walk Beside You sonne comme du U2 poche. Je crois que c’est la pire chanson de toute la discographie de DT !!!! Mais qu’ont-ils fait? on est loin du génie de Scenes from a Memory… 3/10 Déception TOTALE! N’achetez pas… copiez-le et brisez-le ensuite.